La ruée vers les données

0
97
vus
donnees

L’ivresse des données a remplacé la fièvre du pétrole

Elles rap­portent beau­coup d’argent et à beau­coup de monde. Si les don­nées sont le nou­veau pétrole, alors nous sommes les nou­veaux puits de pétroles. Mais ces don­nées nous appartiennent-elles réel­le­ment ? Qu’en est-il de nos droits numériques ?

donnees

Pour que Google, Facebook et com­pa­gnies accèdent à nos don­nées per­son­nelles, nos acti­vi­tés sur Internet sont sui­vies et ana­ly­sées en per­ma­nence. Par exemple, lorsqu’on achète des billets d’avion en ligne et qu’on poste des pho­tos de nos vacances sur Facebook, la connexion entre ces paquets de don­nées crée un pro­fil numé­rique. C’est grâce à ce sys­tème que Facebook et consorts gagnent de l’argent. Les don­nées sont col­lec­tées en per­ma­nence, par­fois sans même qu’on s’en aper­çoive. C’est un peu comme si une camé­ra était bra­quée sur toi, à enre­gis­trer tes faits et gestes en ligne. Il est alors impor­tant de lire en détail les condi­tions géné­rales pour savoir ce qu’il advient de ces infor­ma­tions. Mais qui se lance dans la lec­ture fas­ti­dieuse en petits carac­tères de ces CGU ? Elles sont rare­ment com­pré­hen­sibles et il est de toute manière impos­sible de les refu­ser. Alors on clique sur « j’accepte ». En retour, nous avons accès à des ser­vices comme Google, Facebook et com­pa­gnies gratuitement.

donnees

Notre pro­fil numé­rique pour­rait être la ver­sion digi­tale de notre per­sonne. Certaines choses pour­raient cepen­dant s’avérer gênantes ou même fausses. Internet fonc­tionne presque comme une cour de récréa­tion où les rumeurs se répandent comme une trai­née de poudre. La seule dif­fé­rence est que sur le Web, nos don­nées peuvent être enre­gis­trées pour tou­jours et même uti­li­sées sans notre auto­ri­sa­tion. Le droit à l’oubli est impor­tant mais il faut éga­le­ment garan­tir que les infor­ma­tions d’intérêt public par­ti­cu­lier ne puissent pas être effacées.

donnees

Bientôt nos don­nées ne seront plus limi­tées qu’à nos recherches et posts sur inter­net. Les objets connec­tés, tels qu’une télé­vi­sion ou un réfri­gé­ra­teur, pour­ront envoyer des infor­ma­tions sur ce que nous regar­dons, ce que nous man­geons, pour avoir une idée plus pré­cise de notre pro­fil numé­rique. Ces don­nées inté­ressent beau­coup les ser­vices secrets, notam­ment pour lut­ter contre le ter­ro­risme. Mais qu’en est-il des ser­vices de ren­sei­gne­ments étran­gers ? Ceux-là sont sou­mis à des méca­nismes de contrôle très dif­fé­rents. Depuis les révé­la­tions d’Edward Snowden, tout le monde sait que la NSA a accès à toutes les don­nées des usa­gers des grands réseaux sociaux, et peut en quelque sorte sur­veiller la Terre entière. Internet est un espace de liber­té où les droits des inter­nautes sont encore flous mais pour les­quels cha­cun d’entre nous doit se battre.

donnees

LAISSE UN COMMENTAIRE

Laisse un commentaire!
Entre ton nom ici