Les flammes de l’enfer du volcan Kawah Ijen

0
71
vus
kawah ijen

L’hallucinant spectacle nocture

Son nom signi­fie « cra­tère vert » en java­nais. Le vol­can Kawah Ijen abrite le lac le plus acide au monde, dû aux gaz cor­ro­sifs qui s’échappent du vol­can sous la sur­face de son eau tur­quoise. C’est une mer­veille de la nature aux allures spec­trales inquié­tantes. Situé sur l’île de Java en Indonésie, ce vol­can de 2 380 mètres d’altitude cache un phé­no­mène noc­turne impres­sion­nant.

kawah ijen

La grande par­ti­cu­la­ri­té du vol­can Kawah Ijen, qui attire de nom­breux pho­to­graphes et tou­ristes témé­raires, tient dans la for­ma­tion d’étonnantes flammes bleues à la nuit tom­bée. Cette sin­gu­la­ri­té s’explique par la pré­sence de vapeurs de soufre qui s’évade du cra­tère avec une tem­pé­ra­ture de 200°C. Lorsqu’elles s’enflamment, les gaz pro­duisent des flammes bleu élec­trique pou­vant aller jusqu’à 5 mètres de hau­teur.

kawah ijen kawah ijen

Depuis des décen­nies, le soufre donne lieu à une exploi­ta­tion minière par les habi­tants de la cal­dei­ra de l’Ijen. L’eau du lac s’infiltre dans le vol­can, se réchauffe au contact du mag­ma au point de se vapo­ri­ser pour enfin remon­ter vers la sur­face en for­mant des panaches jau­nâtres de vapeur d’eau char­gée en élé­ments miné­raux. Une fois le soufre refroi­dit, il passe à l’état liquide, puis se cris­tal­lise en se refroi­dis­sant davan­tage.

kawah ijen kawah ijen

Les vil­la­geois extraient le mine­rai jaune oran­gé à coups de barre de mine sous forme de blocs de plu­sieurs dizaines de kilos cha­cun. Ils sont ensuite répar­tis dans deux paniers que les mineurs portent sur leurs épaules. Chargés comme des ânes, ils des­cendent dans la val­lée pour pou­voir les vendre. Les blocs sont ven­dus 680 rou­pies le kilo, soit 0,04 euros. Outre l’effort phy­sique à four­nir pour extraire et por­ter les blocs de soufre, la coha­bi­ta­tion, durant des heures avec des com­po­sés chi­miques, est néfaste pour la san­té. Les vapeurs attaquent les muqueuses, les yeux et la peau entre autres. L’espérance de vie de ces har­dis vil­la­geois n’est que de 40, 50 ans.

kawah ijen kawah ijen

LAISSE UN COMMENTAIRE

Laisse un commentaire!
Entre ton nom ici