Le dernier peuple autochtone d’Europe

0
694
vus
saames

Les Saames, un peuple nomade de Scandinavie

Tenues colo­rées, trou­peaux de rennes et pêche dans les fjord font par­tie des tra­di­tions du der­nier peuple autoch­tone d’Europe : les Saames. Ils sont entre 80 000 et 100 000 dans le nord de la Scandinavie et la pénin­sule de Kola en Russie, d’après le Centre d’information saame d’Östersund. Ils se sont ins­tal­lés sur un large ter­ri­toire appe­lé Sapmi ou Laponie à la fonte des glaces il y a envi­ron 10 000 ans. Aujourd’hui, les Saames sont épar­pillés entre la Norvège, la Suède, la Finlande et la Russie.

saames

Le mot « guerre » n’existe pas dans leur langue, leur calen­drier se découpe en 8 sai­sons selon le cycle de vie du renne et les femmes par­ti­cipent à la chasse. Les Saames sont tra­di­tion­nel­le­ment des éle­veurs de rennes, chas­seurs ou pêcheurs. Mais ils se voient aujourd’hui mena­cés par l’absence de sta­tut recon­nais­sant leurs droits et par la dégra­da­tion de leur culture qui n’est pas accep­tée partout.

saames

Colonisés puis dis­cri­mi­nés, les Saames portent sur leurs épaules un pas­sé dou­lou­reux. La colo­ni­sa­tion de leurs terres pour exploi­ter leurs res­sources a débu­té au Moyen-Âge avant de s’intensifier au XIIIème et XIVème siècle. Avec l’apparition de fron­tières, les Saames ont dû redes­si­ner eux-mêmes leurs ter­ri­toires. Ils ont pu conser­ver leur indé­pen­dance, du moins dans les régions sous auto­ri­té sué­doise. Au XVIème siècle, ce peuple a acquis des droits prin­ci­paux, tels que l’accès à la terre et à l’eau, sous le règne de Gustave Vasa. Pas pour long­temps, puisqu’au XIXème ceux-ci ont été contes­tés au moment des révo­lu­tions indus­trielles.

saames

Le peuple saame a été vic­time de racisme et dis­cri­mi­na­tion suite aux théo­ries de Darwin et du « racisme bio­lo­gique ». L’infériorité de ces autoch­tones est deve­nue « nor­male ». La Suède reti­rait leurs enfants pour les pla­cer en inter­nat, où il leur était inter­dit de par­ler leur langue. Oppressés, les Saames ont sou­vent dû chan­ger de patro­nyme. Mais à la fin de la Seconde Guerre mon­diale, la Déclaration uni­ver­selle des droits de l’homme, signée en 1948, repré­sente un tour­nant impor­tant pour le peuple saame. Les poli­tiques dis­cri­mi­na­toires étant dès lors inter­dites, ils ont pu s’organiser politiquement.

saames

C’est à la seconde moi­tié du XXème siècle que les Saames obtiennent le sta­tut de nation à part entière pour toute la popu­la­tion répar­tie entre la Scandinavie et la Russie. Aujourd’hui, à côté de l’élevage de rennes, ils ont un emploi tra­di­tion­nel avec des condi­tions sociales « nor­males ». Reste encore aux pays scan­di­naves d’accepter de leur accor­der tous les droits. Ces der­nières années, le der­nier peuple autoch­tone d’Europe tente de faire adop­ter une Convention saame. Ce serait un grand pas en avant pour cette popu­la­tion, puisqu’elle leur accor­de­rait des droits comme l’auto-détermination, droit d’avoir leur propre langue offi­cielle et leur culture, droit à la terre et à l’eau, droit d’être consul­tés pour les déci­sions les concer­nant. Malheureusement, il n’y a aucune avan­cée dans les négo­cia­tions depuis 2005.

saames saames

LAISSE UN COMMENTAIRE

Laisse un commentaire!
Entre ton nom ici